Pensées d’une assistante de français

Par Marie

Mon stage consiste à assister un professeur dans ses cours de  français dans un lycée. Les élèves ont ainsi l’opportunité  d’entendre parler une française s’exprimant dans sa langue maternelle. Je suis aussi présente pour partager ma culture. J’ai eu  ainsi le droit à de nombreuses questions de leur part à propos de  mon mode de vie en France. L’une des toutes premières questions qui  m’a été posée était au sujet des préjugés sur les Américains  et si je considérais qu’ils étaient vrais. Je dois dire qu’il y a  une part de vrai et de faux dans chaque stéréotype sur une nation.  Nous ne portons certes pas de béret mais la baguette est un produit  incontournable dans l’hexagone.

Il existe une forte diversité ethnique en France mais c’est la  première fois que je suis confrontée à une aussi grande mixité  dans les origines des élèves. Je n’avais jamais entendu parler de  la communauté Hmong avant mon séjour à Saint Paul. Les cours sont  assez différents car nous n’avons pas le même programme chaque  jour. Il est établi par semaine. Le niveau demandé aux lycéens  français est supérieur à celui requis ici. Le système  d’apprentissage diffère du nôtre car les élèves ne prennent  presque pas de notes pendant les cours de français alors que nous  avions un cahier entier pour chaque matière quand j’étais au lycée.

Le rythme de vie ici est très différent. Les cours commencent  très tôt ainsi que les repas qui sont pris à des horaires différents de ceux de la France. Tout est dans l’urgence : on n’a  presque pas le temps de se nourrir correctement le midi et les  interclasses sont chronométrées à la minute près. En France, on  apprécie beaucoup prendre son temps pour ses repas. Nous avons ainsi  le droit à une heure minimum pour manger, et nous n’en sommes que  très rarement satisfaits. Le déjeuner est pour nous le repas le  plus important de la journée. Il m’a été difficile de m’accoutumer  à manger un déjeuner léger, la faim me gagnant rapidement pendant  l’après-midi.

Évidemment, on ne peut éviter le sujet du temps quand on aborde  le thème de la vie dans le Minnesota. Moi qui n’ai expérimenté  que 24°F au minimum, je dois dire que j’ai beaucoup de difficultés  avec les températures glaciales que l’on peut rencontrer ici.  N’ayant pas de neige là où je vis, j’ai pu l’apprécier ainsi que les joies du shoveling qui vont avec.

Les points positifs à être aux États-Unis sont la diversité  culturelle, un mode de vie très différent ou encore l’appartenance  aux institutions scolaires. En effet, ayant pu assister au Homecoming  et au Sno-Daze de mon lycée, j’ai beaucoup aimé ce sentiment  d’appartenance et cet investissement que les élèves donnent à leur  école. Porter fièrement les couleurs de son lycée ou même de son  université est une chose que j’aimerais qu’il existe en France.

Advertisements

Comments are closed.

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: